Partager

Ateliers de formation à et par la recherche - Master 2

Mention Histoire, Civilisations, Patrimoines : Masters 2 - Semestre 4 / Module 8 (2020-2021)
Les Ateliers ont lieu pour la plupart lors de deux semaines banalisées (4-8 janvier et / ou 22-26 février 2021), afin de pouvoir être suivis par les étudiants partant ensuite en stages longs. Les Ateliers plus tardifs ne pourront être suivis que par les étudiants préparant un mémoire de recherche (avec éventuellement stage court). La part du distanciel et du présentiel est susceptible d’évoluer en fonction du contexte sanitaire.
 

DESCRIPTIFS DES ATELIERS

A. Ateliers de janvier-février (ouverts à tous les M2 HCP ; classés par ordre alphabétique)

Compétences professionnelles de la recherche (Anna Maria Matheson et Clément Beuvier)

Objectifs:  l’Association des Doctorants du CESR (ADCESR) propose à destination des étudiants de master 2 un atelier de formation à la recherche qui a pour objectif d’offrir aux étudiants une introduction à la vie du jeune chercheur et une préparation au post-master. Cette proposition correspond à la volonté de l’ADCESR de renforcer le lien avec les étudiants de master, en les introduisant à la vie de jeune chercheur, en valorisant leurs travaux de recherche et en les faisant participer aux activités de l’association doctorale.
Programme : L’atelier est organisé en trois « volets » de 6h chacun. Le premier volet portera sur l’écriture scientifique, le second volet sur la communication orale, le troisième sur l’organisation d’une manifestation scientifique (le contenu des séances est détaillé ci-dessous) : les étudiants seront associés à la préparation et à la restitution de la journée d’études « La preuve » organisée par l’ADCESR en mai 2021.
  • Volet 1 : L’écriture scientifique : 3 séances de 2 h chacune (Séance 1 : À partir des travaux des étudiants, rédaction d’un résumé en une page ; séance 2 : Reprise des travaux rédigés et discussion commune ; Rédaction d’un résumé et d’un CV en anglais selon les normes anglo-saxonnes)
  • Volet 2 : La communication orale : 3 séances de successivement 1, 2 et 3h (Séance 4 : Les différents exercices oraux en master et en post-master ; séance 5 : Préparation d’un exposé oral à partir des travaux utilisés dans le premier volet de l’atelier ; séance 6 : Présentation des exposés en public)
  • Volet 3 : La préparation d’une manifestation scientifique : 3 séances de 2 h chacune (Séance 7 : Organisation d’une manifestation scientifique : aspects pratiques, administratifs et scientifiques ; séance 8 : Préparation des 4e Rencontres de l’ADCESR : sélection des propositions de communication, élaboration du programme ; séance 9 : Rencontre avec plusieurs professionnels de la recherche : édition, patrimoine, ingénierie de la recherche)
Intervenants : cet atelier sera encadré par des enseignants-chercheurs et animé par les doctorants de l’ADCESR. L’atelier se terminera (séance 9) par une rencontre avec trois professionnelles de la recherche. Enseignants-chercheurs : Gilles Bertheau (MC littératures européennes) ; Diane Cuny (MC littératures françaises et anciennes) ; Sabrina Ferrara (MC littératures européennes) ; Fosca Mariani Zini (PU philosophie) ; Anna Maria Matheson (MC littératures européennes) ; Silvère Menegaldo (PU littératures françaises et anciennes) ; Claire Sicard (MC littératures françaises et anciennes). Doctorants : Tassanee Alleau (histoire, dir. P. Brioist) ; Clément Beuvier (lettres/philosophie, dir. S. Geonget) ; Constance Briand (histoire de l’art, dir. A. Salamagne) ; Sébastien Bujeaud (musicologie, dir. P. Vendrix) ; Rémi Demoen (histoire, dir. F. Alazard) ; Marion Pellier (histoire, dir. P. Brioist) ; Pierre Peresson (histoire, dir. B. Pierre). Autres intervenants : Aurélia Cohendy (IR, projet VITRAIL dirigé par M. Boudon-Machuel et P. Charron) ; Alice Nué (Responsable de la cellule édition du CESR) ; Marion Seure (chercheuse à l’Inventaire général du patrimoine Pays de la Loire)
Évaluation : les 2 premiers volets donnent lieu à une production par les étudiants, qui peut faire l’objet d’une évaluation (volet 1 : résumé en 1 page des travaux de mémoire ; volet 2 : présentation orale de 10 minutes des travaux de mémoire).
 

Des savoirs de la main à la philosophie expérimentale (Pascal Brioist)

Objectifs: Rabelais expliquait que Gargantua, les jours de pluie inoccupés, allait discuter avec les artisans pour apprendre leur savoir, c’est aussi ce que faisait Léonard de Vinci à Milan. Si les arts du « vil mécanique », notamment en Italie, étaient vus comme très éloignés de la « vraie » méthode scientifique des savants qui renvoyaient, eux, aux œuvres des auteurs l’idée commençait à prendre que ceux qui connaissaient le mieux la nature étaient ceux qui étaient capables de la manipuler. Une langue technique commençait par ailleurs à émerger dans des textes manuscrits et dans les premiers traités imprimés ou les livres de secrets. Les philosophes ingénieurs de la Renaissance glorifiaient le travail des ingénieurs et des mécaniciens et louaient le nom d’Archimède. A la fin du XVIe siècle, ceux qui pensaient qu’une connaissance active était nécessaire devenaient de plus en plus nombreux. Ils se faisaient les prophètes d’un savoir pratique où l’artisan non instruit serait discipliné par les gentilshommes philosophes. Bacon privilégie le savoir des artisans qui en Europe découvrent des applications utiles dans le domaine de la navigation (compas magnétique), de la poudre à canon, des fils de soie, etc.
À partir de l’étude d’un corpus de quelques textes (Carnets de Léonard de Vinci, Livres de secrets, traité de mécanique de Guidobaldo dal Monte, traité sur le magnétisme de William Gilbert, traité sur les Arts du Feu ou Pyrotechnia de Biringuccio, De Subtilitate de Cardan, manuscrits de Thomas Harriot, Ms fr. 640 rédigé par un anonyme toulousain etc.), l’atelier se propose d’examiner les intersections entre les mondes des artisans et plus généralement des praticiens (marins, chirurgiens, artilleurs, mineurs, alchimistes, etc.) et le savoir scientifique pré-classique et la façon dont les procédures de savoir se sont nourries de réalisations pratiques au contact de la chose même et de tentatives de reproductions de phénomènes ou de matériaux naturels. L’enjeu est de comprendre la participation d’une épistémologie artisanale à la naissance de la philosophie expérimentale.
On sera particulièrement attentif à divers enjeux : 1° aux techniques visant à contrefaire la nature en explorant le monde matériel par l’observation et l’expérimentation (système par essais et erreurs) : natura naturans/artifex ; 2° à la façon dont fonctionnent les artifices de la main humaine. Réplication constante des pratiques corporelles ; 3° aux travaux collaboratifs et aux systèmes de validation des savoirs (démonstration publique des connaissances artisanales : chef d’œuvres, maquettes, patentes) ; 4° aux usages des gabarits et à la conquête de la précision.
Atelier limité à 15 étudiant.e.s.
Programme :
  • Session 1 (4 h) : Contrefaire la nature (réflexion sur les textes) / réduire en art.
  • Session 2 (3 h) : Livres de secrets et recettes : réalisation de recettes à partir d’ouvrages tels le livre d’Alexis Piémontais ou celui de Nostradamus ?
  • Session 3 (3h) : la conquête de la précision : horloges, alambics, outils.
  • Session 4 (8 h) : Gabarits et costumes : réflexion sur les habits de la Renaissance à partir des archives Médicis, sur les savoirs tacites et sur la fabrication de pièces de costume.
Prérequis : familiarisation avec une bibliographie de base, notamment : Lissa Roberts, Simon Schaffer, The Mindful Hand: Inquiry and Invention from the Late Renaissance to Early Industrialisation, Knaw, 2007; Robert Halleux, Le savoir de la main : Savants et artisans dans l'Europe pré-industrielle, Armand Colin, 2009 ; Alexander Marr, Ingenuity in the making: Materials and Techniques in Early Modern Europe edited with R. Oosterhoff and J. R. Marcaida; Pascal Dubourg-Glatigny et Hélène Vérin (dir.), Réduire en art, la technologie de la Renaissance aux Lumières, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Paris, 2008 ; Pamela Smith et Harold J Cook, Ways of Making and Knowing : The Material Culture of Empirical Knowledge, Centre de hautes études du Bard / University of Michigan Press, 2014 ; Pamela Smith, The Body of the Artisan : Art and Experience in the Scientific Revolution, Chicago, 2004. https://edition640.makingandknowing.org/#/ : secrets of craft and nature in Renaissance France.
Évaluation : L’atelier se fera sous forme de présentation de textes qui seront discutés en séminaire, et de réplications d’expériences.


Fabriquer un livre au XVIe siècle (Rémi Jimenes)

Objectifs : Ce projet est largement inspiré de la "bibliographic press" des universités anglo-saxonnes : en Angleterre et aux Etats-Unis, les départements de lettres disposent souvent d'un atelier qui permet d'enseigner par la pratique les bases de la fabrication du livre ancien. Il s’agit d’un atelier de type "archéologie expérimentale", qui mêle cours théoriques au CESR (6h) et travaux pratiques dans un atelier typographique à Bourges (12h).
Programme :
  • Séance 1 : cours introductif sur la fabrication du livre, les principes de composition (3 h)
  • Séance 2 : bibliographie matérielle, reconstitution des pratiques d'atelier à partir de l'analyse d'ouvrages anciens de la réserve du CESR (3 h)
  • Séance 3 : Journée de composition typographique manuelle à Bourges, dans l'atelier des Mille univers : occasion de présenter la casse, les principes de mise en page et de justification, le fonctionnement de l'atelier (6 h)
  • Séance 4 : Journée consacrée au tirage sur presse manuelle, pour expliquer le fonctionnement de la machine (6 h)
Atelier limité à 12 étudiant.e.s.
Intervenants : Rémi Jimenes (MC CESR), Frédéric Terrier (responsable de l'association des Mille Univers, Bourges)
Évaluation : L'objectif serait d'avoir, en fin d'atelier, un "livrable", sous la forme d'un court recueil de textes (type recueil de sonnets), qui pourrait être distribué aux étudiants et personnel du centre.
 

Manger en milieu contraint :  le cas des bases scientifiques en Antarctique (Isabelle Bianquis)

Programme de recherche en appui : ESBA « Ethnography of a Scientific Base in Antarctica »,  porté par I. Bianquis pour l’IPEV (Institut Polaire Français Paul Emile Victor)
Objectifs : L'atelier est destiné à établir un corpus bibliographique et filmique portant sur les pratiques alimentaires en milieu contraint. La recherche conduira les étudiants à relever les informations portant sur l'approvisionnement, les techniques de conservation, de préparation, les pratiques de commensalité quotidiennes et festives ou encore la gestion des déchets alimentaires... en partant de récits de voyages des explorateurs, de récits d'expéditions récentes et de films documentaires.
Programme : 4 séances de 3h (recherche bibliographique, restitution, fiches de lectures, synthèses thématiques) +  2x3h = 1 journée de séminaire dans la perspective d’un échange d’expérience :  avec accueil de 1 ou 2 chercheurs ayant participé à des expéditions.
Intervenants : Isabelle Bianquis (PU anthropologie U. de Tours) + (pour la journée de séminaire qui aura lieu à Tours ou à Paris) 2 chercheurs (Emmanuelle Sultan, IR MNHN  et Elisa Dupuis, doctorante)
Évaluation : remise d’un dossier collectif thématique
 

Une fête totale, le banquet des XVe et XVIe siècles (Bruno Laurioux et Camilla Cavicchi)

Programme de recherche en appui : « Réimaginer et reconstruire le banquet de la Renaissance », France-Stanford Center for Interdisciplinary Studies
Objectifs : L’atelier est centré sur un banquet qui a été organisé à Tours en décembre 1457 en l’honneur des ambassadeurs du roi de Hongrie. Il rassemble une équipe pluridisciplinaire de chercheurs qui s’intéressera aux relations complexes entre la nourriture et la diplomatie, la politique, la musique, la danse, les arts, le théâtre, la littérature, la religion, les sciences et la médecine. À travers des sessions de travail et des expériences concrètes de restitution, le projet abordera deux questions fondamentales : 1° le banquet comme une expérience totale, sensorielle et esthétique ; 2° les interactions qui s’y déploient entre alimentation, musique, santé, danse et décoration.
L’atelier s’appuiera sur les résultats collectés par les étudiants de L3 et de M2 de 2017 à 2020. Ceux-ci ont permis de repérer les principaux gisements documentaires sur le banquet de 1457, de fournir un descriptif précis de l’événement, d’en clarifier les aspects culinaires, musicaux et conviviaux, ainsi que l’environnement médical. Les points à développer cette année concernent l’environnement matériel (objets de table, décoration de la salle) et le contenu des entremets (motifs littéraires, danses). En vue de mettre en œuvre le projet « Réimaginer et reconstruire le banquet de la Renaissance » sous la forme d’une reconstitution ouverte au public à l’automne 2021.
Programme : L’atelier développera 6 approches, qui feront l’objet chacune d’une séance de travail de 3 h. L’ensemble de la recherche collective sera disponible sur la page dédiée de CELENE.
  • Séance 1 : Qu’est-ce que le banquet de la Renaissance ? Connaissances fondamentales, sources, pistes de recherches, bibliographie, programme de travail
  • Séance 2 : Comment organiser et servir un banquet de la Renaissance ? Approvisionnement, manières de table, décor de table
  • Séance 3 : Le banquet de 1457 dans la culture de la Renaissance. Présentation des résultats de l’Atelier 1
  • Séance 4 : Comment préparer un banquet de la Renaissance ? Recettes, problèmes de la reconstitution historique, techniques de reconstitution
  • Séance 5 : La musique dans un banquet de la Renaissance. Présentation des résultats de l’Atelier 2.
  • Séance 6 : Imaginer aujourd’hui un banquet de la Renaissance. Présentation des résultats de l’atelier 3.
Intervenants : Camilla Cavicchi, musicologie, (IE CNRS, CESR) ; Stéphan Geonget, littérature (PU U. Tours, CESR) ; Bruno Laurioux, histoire (PU U. Tours, CESR) ; Fabian Müllers, cuisine (doctorant U. Tours, CESR)
Évaluation : À partir de la séance 3, des groupes de travail préalablement constitués présenteront le résultat de leur recherche collective. Leurs résultats seront progressivement intégrés dans un dossier global, pour présentation aux étudiants et collègues de Stanford et en vue d’une valorisation.

B. Ateliers de mars-mai 2021
(ouverts aux étudiants de M2 HCP effectuant un mémoire de recherche et / ou un stage court ; organisés par le département d’histoire de l’art)

ChArtRes (Marion Boudon-Machuel et Jean Beuvier)

Programme de recherche en appui : ChArtRes : Chœur d’Art et Restitution 3D (APR-CESR ; Marion Boudon-Machuel dir.)
Objectifs : Exceptionnel d'un point de vue architectural, figurant parmi les très rares clôtures conservées d’Amiens à Albi, le tour de chœur de la cathédrale de Chartres l'est aussi en tant qu'ouvrage majestueux de sculpture, monumentale et ornementale, témoignage précieux de l'art français de la Renaissance. La structure développe, sur une centaine de mètres de long et 6 mètres de haut, un décor d'une extraordinaire invention des années 1520-1550, mêlant traditions française et italienne, qui encadre une quarantaine de scènes à plusieurs personnages sur le thème de la Vie de la Vierge et de Jésus, sculptées sur plus de deux cents ans de 1519 à 1727.
Dans le cadre de cet atelier, les étudiants seront invités à participer à la construction de supports de médiation et de valorisation du tour de chœur de Chartres en lien avec les outils numériques développés dans le cadre du projet ChArtRes, à savoir une maquette 3D, une sphère à 360° avec points d’intérêt et un scénario de visite virtuelle. Cet atelier comprendra une rencontre avec des spécialistes du monument et du numérique, une visite sur site, et la construction de scénarios de visite qui pourront servir aux guides du Centre des monuments nationaux.
Atelier limité à 15 étudiant.e.s.

Programme

  • Séance 1 (2h) : Présentation du projet et rencontre de l’équipe ; rencontre avec les informaticiens et présentation des outils numériques ; description de la production attendue à l’issue de l’atelier
  • Séance 2 (2h) : Présentation des dossiers d’histoire de l’art utilisés pour les outils numériques ; élaboration en équipe d’une première esquisse de dossiers de médiation ; constitution d’équipes de travail entre les étudiants
  • Séance 3 (8h) : Visite de la cathédrale Notre-Dame de Chartres et de son tour de chœur ; séance de travail avec les guides du CMN à partir des dossiers de médiation en cours d’élaboration Travail sur le monument in situ.
  • Séance 4 (3h) : Travail en salle et présentation du rendu d’étape
  • Séance 5 (3h) : Rendu des travaux devant l’équipe et avec le CMN

Intervenants : Marion Boudon-Machuel, PU histoire de l’art (U. Tours) ; Jean Beuvier, IE (U. Tours)
Évaluation : construction de supports de médiation et de valorisation du tour de chœur de Chartres en lien avec les outils numériques développés dans le cadre du projet ChArtRes, à savoir une maquette 3D, une sphère à 360° avec points d’intérêt et un scénario de visite virtuelle.

Le Vitrail dans la Région Centre à la Renaissance, analyse et développement numérique (Pascale Charron)

Programme de recherche en appui : projet VITRAIL (APR-CESR ; Marion Boudon-Machuel et Pascale Charron dir.)
Objectifs : Si le vitrail à la Renaissance a fait l'objet d'études monographiques récentes sur des foyers majeurs (Chartres, Troyes, Normandie), le Val de Loire n'a pas encore été pris dans cet élan alors qu'il conserve un corpus important, témoin essentiel de la peinture monumentale religieuse de la première modernité. Le projet VITRAIL offre un cadre d’étude à cet ensemble de verrières des XVe et XVIe siècles (plus de 150 sites recensés) qui mérite d'être réhabilité et mis en lumière. Il a pour ambition d'approfondir l'étude de ces verrières selon une méthodologie exhaustive croisant la recherche en archives et sur le terrain à partir des œuvres elles-mêmes, et proposant des développements numériques de valorisation.
Dans le cadre de cet atelier, les étudiants seront invités à participer à la construction et au développement d’un outil de médiation de valorisation numérique des vitraux, une sphère à 360° avec points d’intérêt. Cet atelier comprendra une rencontre avec les spécialistes du vitrail et du numérique, une visite sur site, et la construction de scénarios de visite virtuelle.
Atelier limité à 15 étudiant.e.s.

Programme

  • Séance 1 (2h) : Présentation du projet et rencontre de l’équipe ; description de la production attendue à l’issue de l’atelier.
  • Séance 2 (2h) : Rencontre avec les informaticiens et présentation des outils numériques.
  • Séance 3 (8h) : Journée sur site : Visite de l’église Saint-Jean-Baptiste de Montrésor.
  • Séance 4 (3h) : Travail en salle et présentation du rendu d’étape.
  • Séance 5 (3h) : Rendu des travaux devant les enseignantes.

Intervenantes : Marion Boudon-Machuel, PU Histoire de l’art, et Pascale Charron, MC Histoire de l’art
Évaluation : Dans le cadre de cet atelier, les étudiants seront invités à participer à la construction et au développement d’un outil de médiation de valorisation numérique des vitraux, une sphère à 360° avec points d’intérêt. Cet atelier comprendra une rencontre avec les spécialistes du vitrail et du numérique, une visite sur site, et la constructin de scénarios de visite virtuelle.