Actualité

[Webinaire] L’Académie royale de musique : Fabrique d’opéra et entreprise de spectacle en France aux XVIIe et XVIIIe siècles

  • Recherche,
Date(s)

du 15 décembre 2020 au 16 décembre 2020

Lieu(x)
Mardi 15 décembre > Accéder à la réunion zoom
Mercredi 16 décembre > Accéder à la réunion zoom

Atelier préparatoire - Ouvrage collectif sous la direction de Barbara Nestola (CNRS, CESR-CMBV), Benoît Dratwicki (CMBV), Julien Dubruque (CMBV), Thomas Leconte (CMBV) Parution : automne 2022

Le développement de l’opéra en France est intrinsèquement lié à l’histoire de l’Académie royale de musique de Paris : le genre et l’institution naissent et évoluent en parallèle, se  nourrissant l’un de l’autre.
L’opéra français – la tragédie en musique plus particulièrement – a suscité de nombreuses recherches, avant tout d’ordre théorique, littéraire et musical ; l’étude des auteurs et l’analyse des oeuvres sont longtemps restées les approches les plus fréquentes. La prise en compte de l’environnement scénique (décors, machines, costumes, éclairage) et des questions d’interprétation (déclamation, gestuelle, danse) a progressivement ouvert un champ fécond.
L’institution en tant que telle reste cependant moins étudiée : son administration, son modèle économique, sa gestion des carrières et des compétences, son personnel (artistes, artisans, maîtres de chant et de danse, employés), ses fournisseurs, son organisation quotidienne, l’interaction entre les corps de métier qui la composent (et notamment la notion de responsabilité, de droit ou de fait, incombant à chacun), son évolution dans le temps, la diffusion de son répertoire et de son image fournissent autant de pistes à explorer.
Ces aspects sont déterminants pour comprendre la nature de l’institution, mais aussi celle de son répertoire. À la différence des autres académies établies par Louis XIV, l’Académie royale de musique est en effet avant tout une entreprise culturelle, qui « fabrique du spectacle » avec des contraintes de production, de rentabilité et d’attractivité. Unique théâtre de répertoire en Europe à l’époque, elle entretient des forces artistiques permanentes (orchestre, ballet, troupe) et gère des fonds considérables (musique, décors, costumes). Le succès public dépend tout autant de la qualité du spectacle et de l’interprétation que de la valeur intrinsèque du poème et de la musique.
Ce fonctionnement particulier place l’oeuvre au croisement de multiples considérations pragmatiques, dont l’étude permet de réévaluer le geste créateur et la notion d’oeuvre elle-même. C’est ce que le CMBV a souhaité mettre en valeur dans un ouvrage collectif interdisciplinaire.

Langue de communication
Français / Anglais

> Télécharger le programme complet

 
Partenaires :
Centre de musique baroque de Versailles
Hôtel des Menus-Plaisirs
22, avenue de Paris
CS 70353 · 78035 Versailles cedex
+33 (0)1 39 20 78 10
www.cmbv.fr