Réforme et Contre-Réforme à l’époque de la naissance et de l’affirmation des totalitarismes (1900-1940)

  • Recherche,

Sous la direction de Chiara Lastraioli et Maria Rosa Chiapparo

Turnhout, Brepols Publishers, 2008 Coll. Études Renaissantes

La parution de L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904-1905) de Max Weber marque un moment essentiel dans la recrudescence du débat sur la Réforme et la Contre-Réforme au début du xxe siècle. En Italie, en Allemagne, en France - comme ailleurs en Europe -, l'identité confessionnelle devient l'un des caractères constitutifs de l'idéologie nationale et/ou nationaliste, ainsi qu'un élément fort de la réflexion sur le concept de modernité. De même, des phénomènes de résistance à la formation et à l'établissement des totalitarismes émergent au sein de certains groupes d'intellectuels qui rejettent l'appropriation du discours religieux par les futurs idéologues du régime. On assiste alors à un foisonnement d'études concernant l'histoire des églises et des confessions, s'interrogeant sur le développement social et étatique des nations. Les échos de ces débats auront des retombées majeures dans l'affrontement idéologique entre Europe du Nord et Europe du Sud, civilisation germanique et civilisation méditerranéenne à l'aube du dernier grand conflit mondial.
Cet ouvrage ne prétend pas apporter un regard exhaustif sur toutes les conséquences que les discussions autour de la Réforme et la Contre-Réforme ont produites dans les années 1900-1940, mais fait état des premières réflexions menées par des spécialistes de différentes disciplines sur un sujet encore peu exploré et pourtant fondamental pour l'interprétation de l'une des périodes les plus cruciales du siècle dernier.

  • Dates
    Créé le 14 septembre 2008