Poco a poco. L’apport de l’édition italienne dans la culture francophone

  • Recherche,

Actes du LXe Colloque international d'études humanistes (CESR, 27-30 juin 2017)

Textes réunis par C. Lastraioli et M. Scandola


Lien vers l'éditeur

Études sur influence de la culture imprimée italienne de la Renaissance dans l’espace francophone
La notion d’italianisme est, depuis plus d’un siècle, une étiquette prête à l’emploi sous laquelle la critique a voulu rassembler les phénomènes les plus divers, relevant aussi bien des arts que des lettres, des modèles politiques et des pratiques sociales, ou encore des savoirs philosophiques, scientifiques et techniques. Ce volume porte un regard différent sur cette question, car il a comme point de départ l’étude de l’influence de la culture imprimée en langue italienne dans les aires francophones à la Renaissance, mais aussi la persistance de cette culture tout au long de l’Ancien Régime dans les grandes collections publiques et privées. Fruit des recherches conjointes des chercheurs participants, parfois de façon continue, parfois épisodiquement, au projet de recherche ANR-13-BSH3-0010-01 L’édition italienne dans l'espace francophone à la première modernité (EDITEF), ce volume ouvre des nouvelles perspectives méthodologiques et scientifiques sur des aspects méconnus de l’appropriation de la culture italienne dans le monde francophone, tout en suivant la parabole de la diffusion des textes dès leur impression jusqu’à leur conservation, en passant par leur commercialisation, traduction et appropriation dans les contextes sociaux les plus variés.


Avec les contributions de:
Chiara Lastraioli (CESR UMR 7323 – Université de Tours), Jean Balsamo (Université de Reims), Lorenzo Baldacchini (Università di Bologna), Monique Hulvey (Bibliothèque municipale de Lyon), Renaud Adam (Université de Liège), Bruna Conconi (Università di Bologna), Elisa Gregori (Universita di Padova), Riccardo Benedettini (Università di Verona), Paolo Procaccioli (Università della Tuscia, Viterbo), Edoardo Barbieri (Università Cattolica di Milano), Roberta Frigeni (Museo delle storie di Bergamo), Natalia Maillard-Álvarez (Universidad Pablo de Olavide), Rémi Jimenes (CESR UMR 7323 – Université de Tours), Alessandro Turbil (Université de Tours), Amélie Ferrigno (CESR UMR 7323-Bibliothèque Mazarine), Dorit Raines (Università Ca’ Foscari, Venezia), Massimo Scandola (CESR UMR 7323 – Université de Tours)

  • Dates
    Paru le 21 septembre 2020, Créé le 24 septembre 2020
  • Auteur(s)

    Chiara Lastraioli est professeur des universités au sein du Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) et du département d’Italien de l’Université de Tours. Elle coordonne le programme Bibliothèques Virtuelles Humanistes et le projet EDITEF. Ses recherches portent sur les littératures italienne et française de la Renaissance, sur la propagande au temps de la Réforme et de la Contre-Réforme et sur la diffusion du livre italien hors de la Péninsule.

    Massimo Scandola est docteur de recherche en histoire de la documentation de l’Université de Sienne (2012) et chargé d’enseignement d’études italiennes à l’Université de Tours. Il est chercheur associé au CESR et il a été chercheur postdoc sur le Projet EDITEF. Ces recherches portent sur l’histoire des bibliothèques et sur la circulation des savoirs italianisants en France et dans les Balkans pendant le XVIIe et le XVIIIe siècle.

  • Éditeur
    Brepols Publishers « Études Renaissantes »