Les fées des forêts de Saint-Germain, 1625 Un ballet royal de « bouffonesque humeur »

  • Recherche,
Genre emblématique des arts de la scène du premier XVIIe siècle français, spectacle total alliant poésie, musique et arts visuels, miroir d’une société aristocratique qui y met en scène de manière souvent satirique ses préoccupations, ses passions, ses travers même, le ballet de cour reste, malgré de précieuses études qui font toujours référence, un univers difficile à appréhender aujourd’hui. Les traces qui nous sont parvenues, souvent de manière fragmentaire et éparse, témoignent d’un univers fascinant, empli de références et de symboles, alors parfaitement intelligibles, plus hermétiques aujourd’hui. Plus particulièrement, le « ballet du roi », dansé avec magnificence chaque année au temps du Carnaval, constitue un événement important de la vie de la cour ; le souverain lui-même s’y met en scène pour « représenter » à la cour et à ses sujets l’image même de la majesté. Au-delà du divertissement et d’une fantaisie parfois débridée, le « ballet du roi », qu’il soit mythologique, allégorique ou fantasque, cristallise ainsi un arsenal symbolique au service d’un dessein politique sous-jacent.?« Ballet du roi » dansé par Louis XIII au Louvre en février 1625, le Ballet des Fées des forêts de Saint-Germain est, avec le très politique Ballet de la Délivrance de Renaud (1617), l’un des ballets du règne les mieux conservés : sources poétiques, musicales, iconographiques, documents d’archives et mémoires contemporains témoignent ainsi de l’éclat du spectacle, mais aussi de son importance et de sa gravité. S’il est « ballet du roi », et donc spectacle officiel censé publier la majesté du prince, le Ballet des Fées des forêts de Saint-Germain constitue également le premier ballet de cour à dominante burlesque : étonnant paradoxe que ce ballet royal qui proclame ouvertement se moquer « bouffonesquement » des « ballets sérieux ». Étude de cas plus que de genre, cet ouvrage s’attache à mieux saisir les enjeux et les mécanismes de cette apparente contradiction, en décryptant les sources plurielles de ce ballet important du règne de Louis XIII. ?Conduits par THOMAS LECONTE, chercheur et éditeur au Centre de musique baroque de Versailles, des spécialistes éminents issus de diverses disciplines invitent, à travers des analyses inédites des composantes significatives du spectacle, l’édition des pièces documentaires les plus remarquables et une reconstitution critique du ballet, à pénétrer dans la « fabrique » et à saisir l’essence même de ce genre emblématique de la société de cour du XVIIe siècle.
Dirigé par Thomas Leconte, chercheur et éditeur au Centre de musique baroque de Versailles, cet ouvrage réunit des études de Marc Bayard, Emmanuel Bury, Jean-Marie Constant, Vincent Dorothée, Jean-François Dubost, Estelle Moulineau, Marylou Nguyen Hoang Phong, Eugénia Roucher-Kougioumtzoglou et Anne Surgers.
  • Dates
    Créé le 19 novembre 2012
  • Auteur(s)
    Leconte Thomas
  • Éditeur
    Turnhout, Brepols Publishers, 2012 Collection Épitome musical ISBN 978-2-503-54793-0, 425 pages, 190 x 290