Le Prince et les Arts

  • Recherche,

France, Italie XIVe-XVIIIe siècles

Pour la première fois depuis l'histoire du CAPES, un sujet d'histoire regroupe deux périodes, en l'occurrence la médiévale et la moderne. Son intitulé est : « Le prince et les arts en France et en Italie, XIVe-XVIIIe siècles. Ce sujet portant sur cinq siècles, destiné à devenir emblématique de l'épreuve remaniée, contraint donc le candidat comme le préparateur à envisager le croisement de l'histoire des arts et de l'histoire tout court. L'objectif est clairement d'être en phase avec la vocation patrimoniale des programmes d'enseignement du secondaire. Il s'agit pour ce faire d'étudier le rapport social et symbolique qui s'établit entre le pouvoir princier et la production artistique durant une période ou une structure de commande et de patronage (le mécénat) s'invente, s'affirme puis s'affaiblit. Le manuel se propose d'entrer dans la question selon six axes thématiques trans-temporels.

Le premier de ces axes examine la question de la cour et du palais dans la mesure où chaque aspect de la vie de cour est déterminé en fonction du prince et de ses valeurs et où le palais est conçu pour accroître la réputation de ce dernier. Cour et palais constituent les cadres d'une création artistique contrôlée par le prince. Le deuxième axe concerne la figure de l'artisan/l'artiste et son rapport au mécénat. Le passage du statut de l'artisan à celui de l'artiste, corrélatif d'une promotion qui s'opère dans les cours à des dates différentes d'un pays à l'autre, est largement le fait de la volonté des princes. Le troisième axe envisage l'institutionnalisation de l'art au service des Princes par le biais, notamment, du phénomène académique.  Le quatrième est entièrement consacré au  marché de l'art et à l'économie de la culture et s'inscrit dans la ligne des réflexions de Richard Goldthwaite, de Robert Lopez et de Lisa Jardine sur l'histoire économique de la production et de la consommation artistiques. Le cinquième axe cherche à rendre compte du rapport entre normes esthétiques et normes sociales et se concentre sur la façon dont les cours donnent, tout au long de la période, le ton des phénomènes de distinctions puis finissent par perdre l'exclusif de ce pouvoir au XVIIIe siècle. Le sixième axe se présente comme une typologie des figures du Prince déterminées par le rapport aux arts.

Afin d'offrir des instruments plus précis aux candidats, et d'affiner les questionnements, le manuel sélectionne ensuite une douzaine de domaines artistiques différents illustrant, sans volonté exhaustive, divers aspects des réalisations du mécénat ou des consommations des  princes : architecture et urbanisme, armes et armures, arts de la table et cuisine, arts équestres et escrime, danse et théâtre, jardins et paysages, livres et enluminures, médailles et numismatique, musique et opéra, orfèvrerie et bijouterie, peinture et dessin, sculpture, tapisserie, poésie et littérature. Suivent une galerie de portraits axés sur la problématique du sujet puis des dossiers documentaires « par lieux d'histoire » jalonnant une promenade  nous conduisant depuis le palais des papes d'Avignon au XIVe siècle jusqu'au Palais Royal de Paris à la fin du XVIIIe siècle.

 

Les auteurs

Patrick Boucheron, maître de conférences à l'université Panthéon-Sorbonne.

Pascal Brioist, professeur à l'université de Tours.

Delphine Carrangeot, maître de conférences à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Mélanie Traversier, chercheuse à l'École française de Rome.

ISBN 978-2-35030-133-4

 

 

  • Dates
    Créé le 28 septembre 2010