Partager

L’air italien sur la scène des théâtres parisiens (1687-1715)

  • Recherche,

Barbara Nestola


Lien vers l'éditeur

Au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle, l’opéra italien a voyagé partout en Europe, du Portugal jusqu’à la lointaine Russie, son acclimatation passant par un renouveau des pratiques théâtrales préexistantes. Dans un espace européen qui chantait en italien, la France a été considérée comme un cas d’exception. Le mythe d’un Lully créateur de la tragédie lyrique, redoublant ses efforts pour conjurer la réception de l’opéra italien, a longtemps habité les récits des livres d’histoire. Effectivement, l’opéra italien en tant que macrostructure n’a pas existé sur la scène française entre la fin du XVIIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle. En revanche, peut-on affirmer la même chose de l’une de ses composantes majeures, l’air ? Par l’étude de la circulation de l’air italien, de son appropriation par les interprètes professionnels français et de sa pratique dans les théâtres parisiens entre 1687 et 1715, cet ouvrage se propose d’approfondir la connaissance du phénomène, lui rendant une visibilité dans le contexte de l’italianisme musical de la fin de règne de Louis XIV.

  • Dates
    Paru le 15 décembre 2020, Créé le 8 février 2021
  • Auteur(s)
    Barbara Nestola est musicologue au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CNRS) et directrice du Pôle recherche du Centre de musique baroque de Versailles. Ses travaux portent sur les transferts musicaux entre Italie et France et plus généralement entre les pays européens, sur la représentation des œuvres lyriques à l’Académie royale de musique de Paris, et sur la transversalité des pratiques dans les théâtres parisiens sous l’Ancien régime. Elle collabore régulièrement comme conseillère scientifique avec des interprètes professionnels dans le cadre de concerts, récitals, productions d’opéras et enregistrements audiovisuels.
  • Éditeur
    Brepols « Music History and Performance: Practices in Context », n°3