François-Joseph Fétis musicographe

  • Recherche,

Auteur : Rémy Campos

François-Joseph Fétis (1784-1871) n’est aujourd’hui plus connu que pour être l’auteur d’un ouvrage encyclopédique encore utilisé : la Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique. Le musicographe fut pourtant d’une grande fécondité : auteur de centaines d’articles de critique musicale, de dizaines d’ouvrages de toutes sortes allant des brochures de vulgarisation jusqu’à un ensemble conséquent de méthodes instrumentales et vocales. Le musicien ne fut pas moins actif, à la fois organiste, compositeur, pédagogue, bibliothécaire, chef d’orchestre et directeur à Bruxelles dès 1832 d’un des premiers conservatoires d’Europe.

Ce livre ne raconte pas à proprement parler la vie de Fétis, même si la dimension biographique y occupe une place importante. Le musicographe belge a été choisi parce qu’il est l’un des promoteurs les plus exemplaires de la révolution qui, dans le courant du xixe siècle, plaça l’écriture et la lecture au cœur des pratiques musicales contemporaines.

Pour comprendre cette mutation, Fétis est d’abord étudié au travail dans son atelier, c’est-à-dire au milieu de l’immense bibliothèque rassemblée tout au long de sa vie et grâce à laquelle il organise sa prodigieuse mémoire. Premier antiquaire de son temps, Fétis construit les conditions de possibilité du musée sonore : des collections de monuments parfaitement classées, des outils de déchiffrement efficaces et des techniques de commentaires éprouvées.


Au même moment, la notion d’œuvre musicale connaît une profonde mutation à laquelle Fétis est régulièrement confronté. Musicien, il adopte les nouvelles règles d’interprétation des textes. Critique musical, il propose une manière de disserter sur les partitions qui se distingue de l’herméneutique allemande. Théoricien, il fait les frais du renversement des autorités admises lorsqu’il s’essaie à corriger les chefs-d’œuvre de Beethoven ou de Mozart au prétexte de leur appliquer les règles de l’école. Doté d’une oreille exceptionnelle, il participe à la naissance de l’écoute moderne.

Après avoir grandi à Mons dans le milieu des maîtres de musique d’Ancien Régime, Fétis est tôt converti aux doctrines du Conservatoire de Paris dont il est l’un des premiers élèves. Une fois professeur puis directeur d’une grande école, il participe à son tour activement à la rationalisation des dispositions musicales, en particulier par le biais de ses nombreuses méthodes. Au fil des années, Fétis finit même par concevoir un véritable système technique qui prétend (et réussit pour une part) organiser l’ensemble des activités musicales de ses contemporains.


Construite à partir de nombreuses sources inédites et enrichie de nombreuses annexes, cette étude propose de replacer le parcours de Fétis dans les multiples contextes qui lui ont donné sens tout en abordant un des phénomènes les plus importants de son époque : la réduction de la musique à son écriture.


http://www.droz.org/france/fr/nouveaux-produits


éditeur : Librairie Droz - 2013 - ISBN 978-2-600-01705-3
  • Dates
    Créé le 26 mars 2013