Bourges à la Renaissance, hommes de lettres, hommes de lois

  • Recherche,

Sous la direction de Stéphan Geonget

Paris: Klincksieck, coll "Circare" - Série "Jus&Litterae", 2011

Pendant une soixantaine d'années, Bourges est le cadre d'un phénomène spectaculaire : de l'arrivée d'Alciat, en 1529, à la mort de Cujas, en 1590, l'enseignement qui y est donné par les plus grands humanistes du temps fait affluer de partout en Europe des auteurs remarquables et des étudiants destinés à devenir célèbres (parmi lesquels Calvin, Le Caron ou Du Fail), consacrant la ville et son université comme un des plus importants foyers de culture du XVIe siècle. Rabelais ne s'y trompe d'ailleurs pas et y fait étudier Pantagruel « bien long temps » en la faculté des lois.
L'émergence et le déploiement d'une nouvelle pratique du droit (initiée par le commentaire d'Alciat du De verborum significatione consacré à l'étude du droit, non tel qu'il est prescrit, mais tel qu'il se dit) influencent plus largement les études littéraires et la littérature elle-même puisque, pour le droit comme pour les lettres, ce sont  les questions du commentaire, de l'interprétation et de l'explication des textes qui sont au coeur de cette innovation pédagogique.


Url de référence : http://www.klincksieck.com/livre/?GCOI=22520100730940

  • Dates
    Créé le 17 mars 2011