L’invention du théâtre moderne

  • Recherche,

éd. par Bianca Concolino et Juan Carlos Garrot Zambrana

Actes de journées d’études (CESR Tours, 4 et 5 novembre 2016)

> Publication en ligne

La Renaissance opère une double rupture du point de vue théâtral : d’un côté elle veut inventer un nouveau théâtre par rapport à celui des anciens, grecs et notamment latins, qui est de plus en plus connu, et qui constitue néanmoins un référent ; d’un autre elle se sépare du théâtre du Moyen Âge qui s’est constitué indépendamment de la tradition classique, mais si rupture il y a, des continuités sont également bien perceptibles.

Ce théâtre, certes, s’insurge de manière plus au moins explicite contre les règles mais il s’en donnera des nouvelles ; il sera également capable de se renouveler notamment grâce à l’apport de la musique qui rend possible la naissance de nouveaux genres tels que le mélodrame et l’opéra qui vont bien au-delà de la simple hybridation tragédie-comédie.

Les articles ici réunis analysent l’invention de ce nouveau théâtre sous plusieurs angles : l’apparition d’un discours théorique « moderne » ; la naissance d’un théâtre professionnel, changement majeur qui instaure des rapports dramaturge-acteurs-public inédits, un tel théâtre ne se soucie guère de ce discours ; la récupération de la tragédie ; la naissance du mélodrame ou, encore, les liens entre prosodie et musique. Comme il est de rigueur dans tous les travaux de l’équipe Scène européenne, les études recouvrent différentes aires culturelles : Angleterre, Espagne, France et Italie y sont convoquées.    

  • Dates
    Paru le 30 janvier 2018, Créé le 14 février 2018
  • Éditeur
    Scène européenne « Regards croisés sur la scène européenne »