Accès direct au contenu


L'artillerie royale à Tours à la fin du XVe siècle : un rapport au roi Ferdinand d'Aragon

le 30 octobre 2017

17h - CESR, Salle Rapin

Capture d’écran 2017-10-25 à 09.42.18.png

« La Biblioteca de la Real Academia de Historia, à Madrid, conserve un document étonnant : un rapport, rédigé en castillan, sur le nombre et les performances des pièces de l'artillerie royale en dépôt  à Tours vers 1488-1489. »

« Probablement traduite du français, cette description vient apporter des informations tout à fait exceptionnelles sur la manière dont était appréhendée l'artillerie française à une période où elle connaît une mutation technologique de grande ampleur. Un premier niveau de lecture, s'arrêtant aux pièces recensées et à leurs caractéristiques techniques, est déjà en soi intéressant, tant est lacunaire la documentation sur l'artillerie royale du règne de Charles VIII. Mais il est encore plus intéressant de s'intéresser aux points que l'informateur a jugé utile de mentionner, les performances (sans doute, mais c'est l'un des intérêts, idéalisées) et les modes d'emploi. Ce que nous percevons aujourd'hui comme une avancée technique de l'artillerie française sur les artilleries italiennes ou espagnoles ne résulterait donc pas d'une ignorance ou d'un désintérêt, mais sans doute davantage d'une incertitude sur l'efficacité des choix techniques radicaux des Français et d'une hésitation à engager les investissements que le système français implique. Ce document sera également pour nous l'occasion de revenir sur la place qu'occupe Tours dans l'organisation complexe qu'est l'artillerie royale à la veille des guerres d'Italie, que ce soit pour les pièces, la poudre, les hommes  ou le charroi. » 

Emmanuel de Crouy-Chanel, Chercheur associé au CESR

 

Documents à télécharger

  • Facebook
  • twitter
  • google
  • imprimer
  • version PDF
  • Envoyer cette page

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Retour au site institutionnel